Étiquettes

, , ,


« « Hello ! I am Maurice !

Who ?

Maurice … Wiseman »

Ce court dialogue tiré du film britannique Gosford Park, est révélateur d’une certaine nécessité. Que celui qui ne s’est jamais trouvé dans la situation d’être face à une personne qui ne s’est pas présentée me jette le premier guide des Usages !

« Je suis navré, mais nous n’avons pas été présentés » ! Cette phrase peut à la fois être le début d’une drague peu fine, tout comme une façon tranchante de couper court à une conversation. Telle la pythie de Delphes être sibylline. Une chose est sûre, quoi qu’il arrive, les présentations semblent être capables de donner à certains des sueurs froides, rien qu’à l’idée de présenter, ou pire de se présenter. J’en vois déjà se liquéfier, fuir et laisser là, des inconnus qui ne pourraient se parler parce que vous avez cru voir votre ennemi viscéral.
A en juger par les angoisses que cette formalité suscite chez certains, je présume qu’il y a derrière les présentations un abîme de tragédies dont j’ignore tout !

En ce qui me concerne ma névrose est inverse. Je ne parle pas aux personnes qui ne m’ont pas été présentées. Pire parfois en société, certains êtres s’approchent de moi et sous leurs tenues extravagantes, m’entretiennent comme si nous nous étions quittés la veille. Dans ces cas là ? Ne rien laissez voir, réfléchir, réfléchir, mais où avoir croisé un poussin qui parle de Michel Foucault, ou un dauphin qui, vous raconte le dernier arrêt de la cour de Cass…

En 2001, je croisai Baz Luhrmann en soirée, et conversai avec lui sans savoir qui c’était… Je l’ai poliment remercié d’ainsi me faire la conversation, dans une boite de nuit où je m’ennuyais ferme… Il s’agissait de la soirée de lancement de l’un de ses films… Etait-ce ma faute à moi, si cet américain partait du principe que nous le connaissions tous ?
Diantre mais qui sont ces personnes ? Respirer calmement, sourire, et afficher un visage impassible en répondant poliment, avec cet inconnu qui se prend pour… Qui ? Justement tout est là…

C’est alors qu’apparaît dans le noir de ces infamies presque logiques, la lumière d’amis secourables qui alors éclairent ma lanterne. Et enfin ils me sauvent, et nous présentent ! Je ne suis pas atteint de pathologie neurologique dégénérative ou atteignant la mémoire… non je suis « a-présento-phobe !!! » La Phobie de l’absence de présentation ! Et cet inconnu ne s’était jamais présenté non plus ! Comme s’il y avait une évidence à savoir qui est qui spontanément !

Mais quel orgueil à penser cela ! Ne pas se présenter, n’est pas être timide, mais bel et bien pécher en être imbus ! Alors pour ne pas connaître l’enfer de mes oublis, voici quelques règles « simplicimes » !

S’il y a un tiers, et dans un contexte non protocolaire, le tiers commun est celui qui fait les présentations. Comment ? C’est simple on présente la personne la moins importante à la personne la plus importante ! Quoi importance ? Oui, oui, mais c’est simple aussi :
Femme > Age > Position sociale
Dans un contexte professionnel :
Clients >Supérieurs hiérarchique N+ 1 +2 ect… > Collaborateur : cf au-dessus »

S’il n’y a pas de 1/3 et bien l’on se présente soit même en respectant le même principe, la personne la moins importante se présente à la plus importante ! Les hommes aux femmes, les jeunes aux personnes plus âgés, l’employé au P.D.G, etc etc … Mais pour éviter d’être mal à l’aise je vous conseille de faire comme nos amis scandinaves, en vous présentant en saluant les personnes que vous rencontrez. Les présentations ce n’est pas seulement énoncer, son prénom / nom / éventuellement titre professionnel ( selon le contexte), c’est aussi quand il y a un 1/3 donner des phrases qui puissent introduire la conversation, et il en va de même quand on est seul. En essayant un maximum de ne pas entrer dans un sujet personnel, ou d’engager une ennuyeuse conversation professionnelle !
Enfin, peut-être sortirez-vous de l’anonymat et n’irez-vous point vivre ou mourir, ce n’est qu’une question de point de vue, dans les limbes de ceux qui n’ont pas été présentés ! »