Étiquettes

, , , , , ,


Il est un mot de la langue française qui n’a que cinq lettres.  Cinq petites lettres comme, lundi ou mardi, ou mieux cinq lettres comme le mot de Cambronne. Ce dernier est si souvent usité quand Merci, car c’est de lui dont il est question, se fait si rare.

Pourtant ce n’est pas faute d’avoir entendu enfant : «  Dis Merci Madame, ou Merci Monsieur »  ou la sacro-sainte question : «  Que dit-on ? »

Mais alors si Merci est aussi simple qu’une parole d’enfant, pourquoi est ce aussi rare ?

Qui n’a jamais reçu du monde sans recevoir un merci ? Qui n’a jamais été reçu sans se demander comment faire ?

Ce merci semble donc avoir des enjeux plus profonds que sa simple énonciation.   Et pourtant…

Une règle existe et s’applique avec une grande simplicité. On remercie toujours la personne qui vous reçoit.  Comment ? A l’orale en partant pour commencer, mais surtout il faut remercier de la façon dont l’invitation fut adressée.

Carton = Carton, E-mail = E-mail, ect… Cela devrait, dans un monde idéal être une symétrie absolue quant à la formulation employée. La troisième personne appelle la troisième personne, la seconde permet la première.

Cette règle ne souffre aucune exception ! Ou presque…

La seule qui soit possible est encore plus impressionnante ou formelle, pour ne pas dire mythique…  Il s’agit de l’unique, de la grandiose, de le magnifique,  « lettre de château » !

Parce que parfois elle n’arrive jamais, voire elle n’a même pas été envisagée. Certains en ont entendu parler, d’autres ont cru que c’était une plaisanterie. Et pourtant elle existe belle et bien ! Quand l’envoyer ? Pourquoi ? Qu’est-elle ?

Il s’agit en premier lieu d’une lettre de remerciement, mais qui ne s’envoie qu’après un séjour court ou long chez une personne, amis, parents, connaissance. Ensuite la forme est particulière, il faut, ce n’est pas une possibilité mais bien une obligation, il faut donc écrire au recto aussi bien qu’au verso de la lettre. Pourquoi ? Mais pour y remercier la personne qui recevait, voire encenser son sens de l’accueil puis parler de moments forts de votre séjour. Hypocrite ? Non, pourquoi ? Ah moins que vous n’ayez que des amis qui vous reçoivent mal et vous font passer des week-ends horribles,  auquel cas personne n’y peut rien pour vous.  Dès lors sinon vous aurez au moins un moment agréable à raconter, et même là je vous en prie, changez d’amis! Je sais, je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais alors ne taxez pas la lettre de château d’hypocrite !

Quand l’envoyer ?  Au minimum trois jours après votre séjour, au maximum trois semaines après. Trois jours pour éviter de donner l’impression que vous « expédiez le bébé », trois semaines pour ne pas dire que vous avez oublié.

Ainsi vous voici désormais capables de décliner les cinq lettres en fonction des circonstances. Encore stressés car il vous paraît compliqué de remercier ? Le temps du simple « merci madame » vous semble loin. Mais je vous rassure il l’est et avec un peu de chance, vous avez grandi et votre vocabulaire s’est d’autant enrichi ! Alors qu’il soit petit ou grand un « Merci » fait toujours plaisir.

Merci de votre lecture !