Étiquettes

, , , , , ,


Une fois n’est pas coutume je vais parler d’un sujet qui fâche. Un sujet qui fâche doublement, une première fois quand vous en êtes victime et une seconde fois quand vous en êtes la cause. Il s’agît du plantage de dîner, ou l’annulation d’invitation au dernier moment.

Déjà en première impression imaginez la tête de la personne qui reçoit et qui après des heures d’atermoiement avez réussi un plan de table à l’équilibre aussi parfait et ténu que celui du monde (cf Confucius et l’article sur le bon appétit) quand elle apprendra que « son altesse l’égo » « lui fout en l’air sa table » ? D.E.C.O.N.F.I.T.E…Vous trouvez que je m’emporte ? Je vous avez prévenu que ce sujet fâchait ! En ce qui me concerne, je sais je suis radicale, à la troisième exaction je raye définitivement la personne de mes listes potentielles d’invités.

Qui n’a jamais organisé un dîner sans voir des invités se défiler au dernier moment ? Qui n’a jamais été invité à un dîner où la table est à moitié pleine (vous voyez je demeure optimiste), parce que l’autre moitié s’était foulé le petit doigt dans son nombril égotique ? Moi, j’aigris ? Seulement sur ce sujet ! Mais c’est à la fois un tel mépris de la part de la personne décommandant à la dernière minute et une telle déception pour celle qui reçoit.

Voire à l’inverse il y a les dîners qui sont annulés au dernier moment ou pire reporté, forcément à la date qui vous arrange le moins.

Que faire si cette dernière solution vous arrive ? Regarder à la nouvelle date si vous aviez déjà répondu à l’autre dîner, si oui, alors fiez vous à votre réponse, si non alors vous avez la chance de pouvoir choisir.

Pour les autres cas, une règle de savoir-vivre s’y rapporte si, si je vous l’assure, celle qui a trait à la confiance qu’autrui peu avoir en nous et au respect de la parole donnée. Ainsi si une personne s’engage ou s’oblige vis-à-vis d’une autre personne, nul ne peut sans raison valable (cas de force majeurs, décès humain, désolé si le decujus est un chinchilla cela ne compte, moralement un humain demeure plus fort qu’un animal, ce n’est pas moi qui le dit mais la morale, incendie, accident etc.…) au dernier moment. Une telle pratique est synonyme de mépris et d’irrespect pour la personne qui invite, sans parler des convives qui risqueraient d’être mal à l’aise. C’est nier le mal que l’hôte s’est donné pour recevoir ses amphitryons !

A l’inverse quand un dîner est annulé ou déplacé c’est enfreindre l’étiquette, c’est-à-dire l’ensemble des règles d’interdépendances qu’il existe entre des individus connus ou inconnus, à Versailles cela relevait du crime, le temps a passé, désormais cela vous fait simplement être catalogués dans la rubrique mauvais organisateurs, méprisant l’emploi du temps et l’organisation de ses convives…

Suis-je sévère ? Peut-être. Suis-je rigide ? Peut-être aussi, toutefois en matière d’invitation il demeure important d’honorer sa parole afin de n’être ni goujat, ni de paraître mal élevé (et ainsi montrer les lacunes de vos parents et oui c’est le sens de Mal élevé) !

A bon entendeur salut  et rendez vous au prochain dîner !