Étiquettes

, , , , , , , , , ,


« L’exactitude est la politesse des rois, » aurait dit Louis XVIII.

Cette maxime si souvent répétée n’est cependant pas toujours vraie. En effet si son sens est clair, le roi se devant d’être ponctuel a fortiori le reste de la population le doit d’autant plus. De nos jours la notion de ponctualité subie des distorsions. Ainsi parfois être ponctuel, c’est être en avance, et d’autres fois c’est être en retard. Donc être ponctuel ce n’est pas être à l’heure ? si mais tout dépend de laquelle !

S’il faut être à « l’heure dite » dans tout contexte professionnel au sens large, chaque rendez-vous fixés où vous êtes, le client, le prestataire, le conseiller, ect… entre dans cette catégorie. Ainsi le médecin, le dentiste, l’ophtalmo, dont vous êtes le patient entre dans cette logique. Mais ils sont toujours en retard ? C’est souvent faux, la plus part de temps c’est l’un de leur patient qui les ont mis en retard. Ne soyez pas de ceux là. Après tout si ce n’est pas professionnel pour vous, cela l’est pour eux, et leur retard n’est pas toujours le cas, pardon tout le temps le cas !

Puis parfois il y a des ponctualité qui sont des avances, et d’autres qui sont des retards. Il déraille pensez vous ? Mais point du tout… Voici quelques coups de cisailles ou de serpe dans le brouillard de cette forêt temporelle.

Pour les avances, en premier lieu on revient toujours à la question de l’hic et nunc, dans le contexte des rapports homme-femme, autrement appelé par certains, galanterie, mais c’est une autre histoire, il est important, si un homme donne rendez vous à une femme dans un espace public, que ce dernier arrive avec cinq minutes d’avance. Il s’assurera qu’elle ne soit pas seule à l’attendre. (On retrouve aussi la problématique humaine de l’espace et du temps !)

Dans un contexte professionnel, il en sera de même dans les rapports fournisseur/client, praticien/ patient, prestataire/client ; Pour les mêmes raisons il serait inconvenants de laisser un client « prendre racine », cela donnerait d’autant plus une image négligée à votre entreprise. Petite précision, lieu public s’entend au sens large, c’est-à-dire restaurant, cinéma, théâtre, ou tout autre espace où bon vous semble, du moment qu’il y a du public, parc, quai, etc. etc.

La ponctualité à « l’heure dite » quant à elle s’entend dans tout contexte professionnel privé. De même il est un point où elle s’impose indépendamment du contexte, c’est pour le déjeuner. Si le pourquoi interviendra dans le cycle consacré à ce temps, cf l’introduction De l’art de Déjeuner, il est bon de préciser un point. Dans un contexte pro, dix minutes de retard sont équivalentes à un retard de quarante cinq minutes à un dîner. Dans un contexte privé pour l’ensemble des convives, une tolérance de cinq minutes est possible.

Ainsi de la tolérance à la ponctualité qui est un retard par rapport à l’heure dite, il n’y a qu’un pas, que je franchis.

Les étrangers souvent vilipendent les Français pour leur retard. Combien de fois ai-je entendu une tentative d’ironie, à la néerlandaise (cf la remarque du Dumas père dans l’article sur le déjeuner), précisant un : «  je deviens Français puisque j’arrive en retard. »

Alors voici quelques règles. Tout d’abord dans les lieux publics et dans un contexte privé, Madame peut être en retard. Elle a le droit de se faire belle pour vous, mais attention Mesdames, c’est une possibilité dont il ne faut pas abuser non plus !

Enfin pour tous vient le sacro saint dîner. Il se prend assez tard en France, avec un décalage entre Paris et la Province.  Et avec lui une lecture différente du ¼ d’heure de politesse, dont la lecture est extensive ou permissive selon l’aire géographique. A Bordeaux, Lyon, et plus généralement en province, ce ¼ d’heure est permissif. Si l’on vous invite chez quelqu’un vous devez avoir cinq minutes de retard  mais maximum quinze minutes. L’idée est que vous avez une permission de quinze minutes pour arriver.

A Paris en revanche il est extensif. Le ¼ d’heure de politesse s’entend comme une obligation d’arriver avec au minimum ¼ d’heure de retard, afin de laisser à vos hôtes un peu de temps. Puis vous arriverez dans le ¼ d’heure suivant. Mais attention au-delà d’une demi-heure il faudra prévenir car cela devient impoli. Pensez alors à rajouter cinq minutes à votre estimation, il vaut mieux agréablement surprendre que de décevoir.

Ainsi concrètement si vous êtes invité en province, cela arrive oui car certains ont dit qu’il y avait une vie en dehors du périphérique, à 20h, vous arriverez entre 20h05 et 20h15.

Si à Paris vous êtes invités à 20h, vous devrez arriver entre 20h15 et 20h30, pas avant, pas après, à moins d’avoir prévenu !

Enfin je conclurai par là, si vous êtes la personne qui recevez, soyez également clair et précis quant à l’horaire à laquelle vous attendez vos convives. Pas de « environ », ou de « autour de »… Entre est une fenêtre de tir permettant d’arriver entre ces heures ! Ainsi entre 14 h et 16h c’est laisser deux heures d’aléas qu’il faut savoir gérer !

Alors je vous en prie, de grâce, soyez à l’heure la prochaine fois, c’est-à-dire parfois en avance, parfois en retard !!

Publicités