Étiquettes

, , ,


Le savoir-vivre, les usages et convenances ont ceci de passionnant que ses aspects touchent chaque facette du quotidien tous. Ainsi si dans un précédent article, (Mais qui êtes vous ? Je ne crois pas que nous ayons été présentés ? )   je vous ai expliqué l’art subtile de la présentation, voici une esquisse, un cycle également, sur un sujet tout aussi important et fondamental : Les Salutations !

Bien saluer est aussi important que de connaître son prénom. Ne pas le faire c’est être goujat, désobligeant, bref, le mal incarné ! Mais à quoi servent-elles ? En premier lieu cela sert à entamer positivement une conversation entre deux personnes, que celles-ci se connaissent ou non. Puis selon les circonstances, il s’agit ou de l’expression de bons vœux, ou de celles du respect du à une personne, pour sa fonction, son âge, son genre, ect…

Commençons donc avec la formule la plus usuelle et la plus usitée à savoir : «  Bonjour » ! « Bonjour » est le vocable issu de la contraction d’une formule souhaitant à autrui de passer une bonne journée.  C’est pourquoi l’une des premières conséquences de cette origine, est de devoir faire suivre « Bonjour » de quelque chose ! Bonjour Monsieur, Bonjour Madame, Bonjour Paul, Bonjour Marie, et non un simple Bonjour ! Prononcé à la cantonade ! De même il ne faut jamais dire Bonjour Madame Dupont ou Bonjour  Monsieur Durand à moins d’être le fournisseur d’un bien ou d’un consommable ( boucher, boulanger, vendeur de vêtement etc…) Ce contexte est en France le seul qui permette de « personnaliser » le service. Contrairement à une convenance, récente donc, venue des Etats-Unis, on ne personnalise pas ainsi le service apporté, à moins de le faire en anglais. En revanche si un client, lors de cet échange d’un bien, appelle la personne vendant le dit bien, Madame Tartas, le client marque là la relation de fournisseur / client, une sorte de sceaux de « fournisseur officiel de… » Et oui en France, plus qu’ailleurs chacun peut être un mode de distinction !

Dans tous les autres cas, privés comme professionnels, un simple Bonjour Madame ou Bonjour Monsieur, sont déjà des modes de personnalisation du service dans la mesure où l’emploi du Bonjour est déjà une forme de « familiarité », tout du moins de connivence dans la langue française.  Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, j’ai souvent l’impression de me promener dans la société contemporaine comme dans une immense boulangerie. Et je ne parle pas des mails, venant de tous les milieux professionnels qui débutent par un bonjour blanc !

Puis quand il y a un groupe, il n’est pas correct quand il y a un groupe de commencer les salutations par des pluriels, il vaut mieux égrainer les titres que de lancer un terrible, Messieurs Dames et autres. On salue au singulier en regardant les personnes… Ou bien employer la formule complète, « J’ai l’honneur/ le plaisir de vous souhaitez la bienvenue. »

Une façon plus formelle mais tout aussi correcte existe, c’est simplement une question de contexte et de distance que l’on souhaite installer entre personnes. Ainsi il est possible d’entamer des salutations sans le désormais correct et fameux « Bonjour » avec simplement Monsieur, ou Madame, Paul, Marie, comme un « envoie », de même dans un contexte protocolaire, Excellence est plus formel qu’un chaleureux Bonjour Excellence.  En effet il ne fait pas oublier que « Bonjour X» est à préférer pour les personnes qui sont connues. La formulation avec le sourire devra cependant se faire avec un sourire pour être accueillant et non paraître fermé.

Enfin il existe une formule protocolaire à présenter quand l’on est un homme, aux femmes importantes ou complètement inconnues. La formule est «  mes hommages Madame ».  Cela s’entend de moins en moins toutefois messieurs, cela demeure une possibilité. De même, et là c’est peut-être plus courant, cette formulation peut s’entendre quand un homme clairement plus jeune salue, une femme plus âgée.

Ces informations, sont valables tant de visu qu’au téléphone ou par E mail. Voici donc les possibilités linguistiques dont vous disposez. Les gestes qui les accompagnent viendront par la suite !