Étiquettes

, , , ,


Parfois dans la rue ou dans certains espaces publics des inconnus l’un pour l’autre s’adonnent à une danse étrange.

Souvent observée, parfois vécue, ce pas de deux fait alors naître sur le visage des danseurs un sourire gêné. En effet qui ne s’est jamais trouvé face à une telle situation. Ou inattentif quelques instances, plongé dans sa bulle, ou manquant clairement de ce je ne sais quoi qui fait l’anticipation, ou une propension chronique à percevoir l’existence de l’autre, vous n’avez pas vu l’inconnu qui s’avance vers vous.

La règle est pourtant simple. Il est tiré d’un adage assez ancien :  » La femme tient le haut du pavé ». Pour le comprendre il suffit d’avoir quelques clefs d’histoire. A une certaine époque, les trottoirs n’existaient pas. Les rues étaient bombées et un sillon central les parcourait afin de laissez les eaux usées s’écouler. Quand une voiture passez, à cheval bien entendu, elles pouvaient éclabousser les dames qui marchaient au centre de la rue. Il fallait donc que Monsieur se place entre, et que la femme tienne le haut du pavé.

Désormais il existe les fameux trottoirs ! Aussi l’homme passera côté chaussée et madame sera du côté des bâtiments les plus proches. Pourquoi ? pour des raisons de sécurité. Les vols à l’arracher perdurent ! Si se sont deux personnes de même sexe, la personne la plus jeune se positionnera du côté de la chaussée, et la personne la plus âgée côté bâtiment. S’il y a similitude de sexe et d’âge, il s’agira de la personne qui socialement paraîtra la plus importante. S’agissant d’inconnu partez du principe que c’est nécessairement l’autre , vous soignerez son égo et vous repartirez avec l’idée que vous êtes particulièrement courtois !