Étiquettes

, , , , , , , , ,


Continuant sur les transports en commun, voici une autre règle tirée de mon si gratifiant déplacement en Thalys. Mais cette fois-ci ce principe se voit, principalement dans les trains, mais pas que… petit à petit il est un fléau qui se répand dans les transports publics… L’Etalage de vie privée.

Si de nos jours il faut reconnaître que dans les trains et TGV, les campagnes anti-bruit sont relativement efficaces, je sais relativement, l’utilisation du mode silencieux des portables se répand, il en est un autre qui semble s’accroître !

Les designers et autres ergonomes travaillent à rendre les espaces des passagers de plus en plus cosy, si bien que nombre de personnes confondent leurs sièges avec des îlots privatifs. Ils oublient que le reste de la rame ou du wagon peut les entendre. Un classique est celui des films que l’on regarde avec des écouteurs à fond, ainsi tout le monde a le son mais pas l’image… Une sorte de radio en somme, sans choix des stations.  Il en va de même des jeux vidéo dont les musiques du « Doom » 3 ou 4, ne conviennent guère à l’atmosphère des trains.  Un dernier exemple ? Le couple illégitime assis devant moi, qui recherche dans la littérature courtoise le code à propos à employer lors de leurs échanges publics… Qu’ils soient illégitimes, soit, mais qu’ils imposent les mièvreries pathétiques de ce spectacle, non ! Je me suis retenu de leur indiquer que parler du « château de Montplaisir » risquait d’être explicite.

Ainsi dans le train, on peut parler, voire converser mais en modérant son timbre de voix et en pensant aux autres… Discrétion et élégance vont souvent de pair.

Enfin une dernière chose concernant les trains, et plus exactement nos TGV. Les porte-bagages dans le wagon sont transparents. Mais dès que des bagages y sont déposés, cela devient un véritable miroir vous permettant de voir ou de montrer tout ce qui se passe dans votre rangée. Ainsi tout ce que vous faites à votre place se fait au vu et au su de tout le monde !

Bon voyage !