Étiquettes

, , , , , ,


En 2015, le blog des Usages et des Convenances lance un concours, qui décernera la palme de la goujaterie et celle du Savoir-vivre à des entreprises méritantes, je vais proposer sous peu un comité d’experts connus et reconnus. J’ai déjà deux personnalités ayant accepté…

J’en tiens une qui concourt pour le premier prix du manque de savoir-vivre… J’ai été confronté à la mauvaise foi et au comportement déplacé d’une maison de vin, devenu une chaine, Nicolas pour ne pas la nommer.

Je n’incrimine pas les cavistes, commerçants de proximité qui font leur métier avec passion, mais je parle du siège. J’y ai rarement observé un tel manque de savoir-vivre, à part une boutique de Café-coton peut-être, mais cela est pour un autre article.

Pour l’heure ils m’ont donné une idée, celui de décerner les palmes de la goujaterie !!! Chers Lecteurs je vous invite à proposer des entreprises qui pourraient en faire partie ! Il s’agit de nous expliquer le contexte, le type de goujaterie, et à l’inverse la bienséance qui a été respectée.

Je vous explique le contexte. Alors que j’ai commandé une douzaine de bouteilles de champagne, pour les consommer avec modération et entre ami, à l’étranger. Ces bouteilles ne sont jamais arrivées. Et depuis ? Depuis c’est le festival de la mauvaise foi. La première fois que je les ai contactés ils m’expliquent qu’il y a un souci avec mon téléphone portable (celui que j’utilise quotidiennement), la seconde qu’ils sont bien passés, mais qu’il n’y avait personne nous étions trois à attendre si l’on compte l’électricien présent, et là désormais il paraitrait qu’il n’avait pas la bonne adresse, c’est-à-dire la mienne ?? Et que dans mon dossier aucun passage n’est mentionné. Contradictoire non ? Eux-mêmes reconnaissent que c’est étrange… Oui c’est sûr…

Après explication avec mon caviste, il parait que je serais remboursé. Ce qui arrive, d’une partie du montant seulement, pas des frais de port… Après tout c’est vrai que la commande n’est jamais arrivée… et que je n’ai pas payé pour que cela arrive… et je n’ai pas contracté avec l’entreprise Nicolas… Et là ils commettent un impair de plus, ils envoient un chèque « sec » c’est-à-dire directement dans l’enveloppe, sans aucune note.

Je les appelle et je tombe sur une personne, qui débute la lecture de mon dossier. Puis sans explication je suis transféré à une autre personne qui me demande de reprendre les informations. À nouveau : erreur.

Ce qu’il aurait fallu faire ? S’en tenir à une excuse, plus crédible alors trois… Mais là je vous l’accorde chers Lecteurs, c’est une question de mauvaise foi et de savoir-vivre. Pour information, en gestion des conflits, plus on est factuel et dépassionné, moins en dit.

Ensuite, n’envoyez jamais un chèque « sec », ou tout document, sans une note, ou une lettre qu’elle soit tapuscrite ou manuscrite… Manuscrite étant plus élégante que tapuscrite bien entendu. Si vous estimez ne pas avoir à vous excuser, il faut expliquer le contexte. Et à nouveau soyez factuel cela aide.

Enfin en cas de soucis, il s’agit de toujours rassurer le client en lui expliquant pourquoi on change d’interlocuteur plutôt que de le mettre devant le fait accompli et d’avoir à estimer.

Voici donc la première entreprise à être nominée pour la palme de la goujaterie… Il va sans dire qu’à la constitution du Jury, nous fixerons les critères…

Résumé donc :

Si vous ou vos services commettez une erreur avérée, on ne demande pas au client de se justifier

Pas de documents type chèque sec : Une lettre de contexte a minima

Si vous devez changer l’interlocuteur d’un client, pensez à lui donner une explication

PS : Comme toujours j’ai prévenu Nicolas, qui a un droit de réponse.

Si chers lecteurs, vous en êtes arrivés jusque là et que vous avez perçu des erreurs d’orthographe, je vous invite à me les signaler, non par goût de l’arbitraire, mais par respect pour la subjectivité de chacun !

voici un article, un brin partisan mais qui éclaire un peu sur cette soit disant maison :

http://blogs.rue89.nouvelobs.com/no-wine-is-innocent/2014/04/04/vin-cinq-bonnes-raisons-de-ne-plus-jamais-aller-chez-nicolas-232655